Fabrice Schurmans

fabrice - Cópia

 

Fabrice Schurmans est né à Liège en 1968. Titulaire d’un doctorat en Études Postcoloniales et chercheur au Centre d’Études Sociales (Université de Coimbra), ses recherches portent principalement sur les littératures postcoloniales du Sud global dans une perspective comparée et interdisciplinaire, les littératures francophones du Nord (Belgique principalement), les questions théoriques postcoloniales (traduction, frontière, identité).

Il a publié deux livres – Michel de Ghelderode. Un tragique de l’identité (L’Harmattan, 2011) et O Trágico do Estado Pós-colonial. Pius Ngandu Nkashama, Sony Labou Tansi, Pepetela (Almedina-CES, 2014) – ainsi que des articles (parmi les plus récents: «Crises d’identité et réfraction des crises dans La Déchirure d’Henry Bauchau», 2014 ; «François Jacqmin: décrire la neige et l’étendue pour dire le silence», 2014 ; «Le tragique quotidien de Maeterlinck: de l’écriture théâtrale à la réflexion théorique», 2015 ; «Intertextualité et réorganisation des frontières littéraires dans la production romanesque d’Alain Mabanckou », 2016 ; «Vers une postmémoire de la traite et de l’esclavage ? », 2017). La plupart de ces articles sont disponibles sur le site academia.edu. Il a également traduit des dramaturges portugais et publié des nouvelles en Belgique, au Canada et en France.

Textes de fiction

« Pour une poignée de cerises », in Balises, nº11-12. Dire le mal 3, 2009. Bruxelles : Didier Devillez & Archives et Musée de la Littérature, 137-151.

« Un grain de sable », in mot dit, nº7, hiver 2014. Ottawa: In/Words Magazine & Press, 72-78.

« La peine Katrina », in mot dit, nº8, 2015. Ottawa: In/Words Magazine & Press, 60-68.

« Ceci n’est pas un crime » (avec une peinture de Corine Sylvia Congiu), in Nouvelle Donne, juillet 2016. 

« La gare », (avec une peinture de Corine Sylvia Congiu), in Nouvelle Donne, décembre, 2016. 

« Le retour des Grées », in Muse/Medusa, nº5, juillet, 2017. 

 

Publicités