Le lâche du bac à sable, roman de Christophe Ollivier aux éditions Velours

Le lâche du bac à sable

« Le lâche du bac à sable » raconte le mouvement d’une pensée, d’une âme, qui s’enroule en elle-même et se confronte au quotidien de la vie. Il retrace l’itinéraire d’un homme, la construction de sa personne, qui d’avoir aimé, trouve dans le prolongement de cet amour à se réaliser par le livre et sa toute nouvelle disponibilité à l’écriture. Le récit sobre, élégant, tout en retenue, décrypte les rouages, les étapes successives qui placent l’individu avec sa sensibilité propre au centre de son œuvre et l’amène par l’art et la création à participer enfin à la vie.
Partant d’un récit purement académique, un peu à l’ancienne, « le lâche du bac à sable » traverse les époques et revisite l’histoire de l’écriture, au gré de ses influences, à la vitesse de la lumière comme il en serait de sa vie à l’échelle du temps. Une parallèle, sorte de course folle entre la matière et le vide, la présence et l’absence et peut-être tout à la fois.
Comme libérée par tant d’attente et de questionnement, la force vitale de l’auteur s’exprime alors pleinement dans un final fait de courts textes beaux et profonds, presque mystiques. Un langage parfois proche de l’abstraction, ce qui serait en peinture la fin d’un Mondrian pour le chemin parcouru, en littérature l’équivalent d’un peu du rêve de Flaubert : « Les œuvres les plus belles sont celles où il y a le moins de matière… Le style étant à lui seul une manière de voir les choses. » 

« Christophe Ollivier est originaire de Quettreville sur Sienne dans la Manche où il est né. Dernier d’une famille de six enfants, il renonce très vite à ses études pour entrer dans la vie active. Il ouvre un bar à Granville, le  »Pixies bar  » du nom du célèbre groupe rock américain, fait mille métiers et arrive à Paris. Il devient le chauffeur de Jérôme Robbins, chorégraphe de West side story, s’installe chez Ali Erfan écrivain et cinéaste iranien puis trouve sa place dans les musées parisiens à surveiller les œuvres. Un parcours souvent remis en cause où se dessine peu à peu cet ailleurs qui sera l’écriture. Il publie à 51 ans son premier ouvrage, Le lâche du bac à sable un livre court mais très dense, une œuvre forte qu’il dit être l’oeuvre de sa vie et on veut bien le croire, à qui il espère seulement au fil du temps donner de l’épaisseur. »

 

Vous souhaitez commander Le lâche du bac à sable ? Rendez-vous sur le site des éditions Velours :

http://www.editionsvelours.com/OLLIVIER%20Christophe.php

Tenez-vous informé des rencontres-dédicaces avec l’auteur :

http://www.editionsvelours.com/dedicaces.htm

 

Publicités