Au-delà des nuages noirs – création de Pascal Stutz

« au-delà des nuages noirs, 1 », 2011, encre s/papier bois préparé, 120 x 80 cm
Au-delà des nuages noirs, une goutte de pigment négligemment échappé de tes yeux fit hurler le chien
doux et reculer la mort.
Au creux douillet des chauds abris, chacun s’exerce à vivre en toute ignorance :
· Moi, dans mon abri, je lis,
· Moi, dans mon abri, je pleure et mon enfant ri,
· Moi, dans mon abri, je prie,
· Moi, dans mon abri, je l’aime et vice et versa…
Sitôt vus, sitôt bus –les couleurs par la terre-et le chien se tut et disparut !
Qui saura voir le prodige désormais ? Le berger solitaire ne rassemble plus son troupeau. Ses brebis
bêlent via le réseau. Plus personne ne bouge. Toutes les routes mènent à soi et moi, moi je peine à
tracer un chemin. J’ai toute les espérances, ne me manque que la majuscule. Et l’application idoine.
 
« au-delà des nuages noirs 7 » encre sur papier, 20 x 30 cm, 2011
Au-delà des nuages noirs, la comète a signé mes espoirs et les a emmenés dans son périple.
Le chemin semble long, la phase de retour lointaine !
Je regarde à travers les nuées – le cosmos.
« l’avenir semble sombre » me dit la dame en blanc
 

« au-delà des nuages noirs 7 » encre sur papier, 20 x 30 cm, 2011  
Au-delà des nuages noirs, le vent traverse le village,
Transperce les abris, tombe la pluie. Qu’emporte le vent ?
De toi de moi de nous ? Où le dépose-t-il, le secret ?
Mais aujourd’hui mon coeur, qu’importe le vent !
Au creux même du petit abri tu m’offres ta rose.
Au-delà des nuages noirs, le vent traverse le village,
Transperce les abris, tombe la pluie. Qu’emporte le vent ?
De toi de moi de nous ? Où le dépose-t-il, le secret ?
Mais aujourd’hui mon coeur, qu’importe le vent !
Au creux même du petit abri tu m’offres ta rose.
  

 http://pascalstutz.canalblog.com/

Publicités