La tendresse

Une épaule pour pleurer
Une épaule pour s’épancher
Alors la tristesse s’envole
Et la joie reprend sa course folle
Des joues rouges de colère
Des joues rouges de pleurs
Et la voici qui s’illumine
Et la voici qui fulmine
Des yeux à n’en plus finir
Des yeux qui ne font plus rire
Un regard qui en dit long
Un regard qui dit non
Elle s’appelle peine
Elle s’appelle épaule
Elle s’appelle reine
Elle s’appelle mienne
La tendresse, la tendresse
Qu’il est bon de la connaître
La tendresse, la tendresse
Qu’il est bon d’être son maître
Elle vit, elle roucoule
Elle nous met en boule
Elle nous révolte
Elle nous pelote
Cette tendresse.

Françoise Vincent
Publicités